Quand j’aime

Quand j’aime, dans l’instant, c’est pour toujours, mais ça ne dure pas toute la vie.

Et vous?

©2016 Jean Marie Albert – Reproduction interdite – Tous droits réservés. citation-jean-marie-albert-105858

cliquez sur l'image pour rejoindre Copyright France

Lien Certification Copyright France

Publicités

La main

doudou chemin

A main gauche, le chemin de la forêt verte. Là où se cachent toutes les bêtes apeurées par les sauvages humains. Parce que les hommes et leurs petits qu’ils y emmènent fracassent tout au passage. C’est à moi disent-ils, c’est à moi. Même leurs frères n’y ont pas droit.

Jamais ils ne se demandent s’ils prennent tout ça à quelqu’un ou quelque chose de vivant. Non ! Pourquoi le feraient-ils d’ailleurs ? Ils s’approprient !

A main gauche, c’est côté cœur. Là où se cachent les enfants apeurés par la forêt et ses bêtes sauvages qui attaquent n’importe qui pour manger son corps. Sans demander si elles prennent la vie de quelqu’un. Non ! Pourquoi le feraient-elles d’abord ? C’est la faim qui les guide.

A main gauche, son Doudou s’accroche à sa main, par l’oreille ou le pantalon. Quand il en porte un. C’est celui à qui tout se confie, sans regret, sans aucune loi, juste comme ça car il n’y a a tuer que la peur, sa propre peur des bêtes et des humains. Tous ces sauvages qui brûlent tout le vivant. Même celui du cœur des enfants.

A main gauche du Doudou, le chemin des rêves, là où s’affrontent les dragons et les fées. Pour de faux, même si pour les petiots, rien n’est plus réel, plus vrai que ça. Jusqu’au jour où il est perdu au hasard de la vie sur un chemin d’adolescent égaré.

A main gauche, le chemin de la nature.

  • A main droite, qu’est-ce qu’il reste, Maman ?
  • A main droite, mon cœur, il reste tout ce qui ne durera que le temps des humains.

©2016 Jean Marie Albert – Reproduction interdite – Tous droits réservés

cliquez sur l'image pour rejoindre Copyright France

Lien Certification Copyright France

Les flammes de la vie

ange Noor  (2)

cliquez sur l'image pour rejoindre Copyright France

Tu sais, tout ce que j’ai pu faire, dire, penser et même omettre n’échappera jamais à l’oubli et ceci, tout ceci ne reviendra jamais nulle part, jamais.

Traîneront  encore en fumerolles quelques instants, un peu d’arômes, de saveurs au dessus des vagues sensuelles du souvenir. Uniquement ceux que j’aurais posés  dans vos mains, vos yeux, vos cœurs et pour toi aussi ce sera pareil, comme pour tous les autres. Lire la suite

Le Dernier Rien

i7_1291821229

Le temps qui passe

©JeanMarieAlbert2016 Reproduction interdite

copyrightfrance-logo10

Nulle part, nulle part. C’est si loin d’ici que…
Aucun rivage et pas d’embruns parfumés.
Avec la vieille marée du temps s’enfuyant au delà des autres
même la dernière résurgence de l’île ultime
se noiera dans les flots de l’oubli.
L’océan de la mémoire éteinte emportera
jusqu’au suprême néant les rires et l’amour,
tout l’amour porté dans les cœurs les plus purs.
Le pic de la haute opinion qu’on a de nous-même
se brisera aussi par les lames éternelles de l’infini silence d’après.
Dans l’immensité flotteront quelques éclats de pierre
et peut-être que ce cœur gravé en son creux
ira porter l’image de notre amour jusqu’aux frontières
d’un nouvel univers perdu au milieu de rien.
C’est, s’il doit en être un, le seul espoir.
Nulle part, nulle part. C’est si loin d’ici que même la pensée s’y perd.

cliquez sur l'image pour rejoindre Copyright France

©2016 Jean Marie Albert – Tous droits réservés – Reproduction interdite

Panne du monde

Panne du Monde

 

L’enfant – Maman, papa, qui peut m’expliquer pourquoi les gens meurent de faim, de soif, de maladie, de catastrophes naturelles pendant que d’autres se mentent, se volent, s’entre-tuent ?

L’adulte – Il y a aussi tous ceux qui créent, construisent, donnent la vie,… Lire la suite

Entre les pierres

Ne vous fiez pas au noir car il cache dans ses ombres des voies de lumière.

Il est étrange et tellement différent de ce que l’on en pensait ce chemin de la vie. Ce qui me dérange le plus, c’est ce que chacun fait de son comportement avec l’autre, les autres, le reste du vivant. C’est donc bien l’humain qui oublie autant qu’il espère jusqu’au bout de la vie. Restera juste un vague souvenir qui disparaîtra dans l’immensité de l’univers. Lire la suite