Démons-Stration

 

NOOR ESPACE 00.jpg

Démons-Striations

La vie est remplie de monstres tous aussi dangereux pour les uns que pour les autres.

Chacun trouve son lot de victime à travers une méthode personnelle . Parfois il s’agit d’un tartinage, d’une noyade, d’une exsanguination, d’une manipulation, je passe, la liste est trop longue.

Dans toutes celles-ci la proposition des médias est assez perverse, pour ne pas dire assassine.

Faire le choix de la mise en avant des saloperies pseudo culturelle ( désenslipés à chansonnettes souffreteuses du fion, promeneur de boule synthétique sur gazon OGM, masques multi-focales sur pieds formats télé-ciné mon cul, comptes-rendu cliniques nano-secondesques aseptisés, starisation de dilatés des orifices, de copinages asservis, de gavage de bouches par des partis à con-sonances politiques plurielles adaptatives à l’émoi du portefeuille électoral),… je re passe, il y en a encore tellement rien que sur ce sujet là.

Faire le choix de la mise en avant de cette pandémie relève d’une volonté de faire du peuple un vaste troupeau d’abrutis. Le pire, c’est que le peuple ( entendez le plus grand nombre) en redemande.

Il est vrai qu’avec les nombreuses préoccupations et les besoins personnels d’évacuer ce stress journalier, le manque d’éducation à la réflexion personnelle sur des sujets ne concernant pas( croit-on trop souvent) notre existence, on arrive à faire de nos journées et de nos nuits un vaste vacarme façon œufs brouillés bouillonnants dans un soupe de mots valise (oui, je sais, mon texte en est plein…), de poudres flashées de perlimpinpin, de pensées légumineuses, baignant un tournedos déculotté moult fois farci, tout comme sa proue prou. Reste à chacun à avaler. La nuit, on digère la co-pro-llation.

Le peuple est devenu ainsi un jambon des villes. Assassiné « Façon jambon d’York » aurait dit Nougaro.

Alors oui, des démons par strates entières et dans chaque territoire, la terre en est pourvue. Gaïa meurent d’étouffement, de surpoids de bêtise, de masse carnée glutenisée, …

Ce que je crois, pas ce que je souhaite : La nécessité d’un « Bovidage », d’un masse-sacre planétaire, d’une nouvelle pandémie virale organisée par les tenants et aboutissants orientée vers leur propre préservation. Pas la nôtre. On nous assassine, nous suicide, nous torture, nous extermine, cobayise, nous explanétarise en continue et chacun passe son temps à regarder ce qui brille. Telles les pies voleuses « l’entretuement » se révèle l’occupation favorite des siècles. Quant aux non-excommuniés de la sphère politique pour entourmentures,  congélations de forfaitures, manquement à la publication des faits, multiplication des « pings » afin d’éclater les pongs de retour, de spermatophagies  de genres et d’espèces in fine électorales, pas d’autre réponse que la dégurgitation immédiate, pour tous.

Tout le monde sait pourtant que chacun attend la révélation d’une dé-monstration des consciences. Plus personne ne sait vraiment quoi faire sans en passer par la violence.
A quand le pas en avant ailleurs que vers l’abîme ?

Parlons-nous, certes mais écoutons-nous, autrement, plus comme des monstres.

Copyright2016 Jean-Marie Albert – Reproduction autorisée. 🙂

Publicités

Merci de votre commentaire :-)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.