Un matin, Anne Sila

GS561EC-1

anne sila

C’était un matin, tôt, très tôt. De ces matins où le destin vous heurte comme une gifle du vent chaud d’été. Quand l’air vous manque, que l’espace se comprime sur vos côtes en enserrant votre cœur au creux d’une poigne de fer. Quand la lumière se propageant autour révèle dans la tendre couleur d’un regard tout le sublime que la vie peut nous livrer. Comme ça, simplement, un rêve soudain qui réclame sa larme, parce que le cœur, c’est fait pour ça, vibrer.

Un mot, non le silence, juste le silence. L’expression que je devais offrir ne l’a pas effrayé, ne l’a pas fait fuir. Au contraire. Ce que la vie lui avait appris, c’était que l’autre souffre aussi. Alors, dans l’éclat de sa compassion, j’ai lâché prise et sombré dans l’humilité, l’amour, le pur. Il n’y a rien d’autre en réponse à la beauté de ses yeux limpides. On souhaite même lui demander pardon de lui soumettre tant de laideur. Mais sa main, d’une tendresse infinie, se tend et offre une danse qui nous relève et nous porte vers l’infini paradis  de son sourire de corail blanc.

Ça a vraiment existé ?  Dites, ça a vraiment existé ? Dites-moi, ce n’était pas qu’un rêve? Parce que de sa main qui me relevait, une force physique et une énergie intérieure se propageait en moi. Telle une grande prêtresse qui vous ouvre les voies divines, elle m’a montré le chemin, celui de demain. Parce qu’elle m’a regardé, s’est arrêtée sur moi un instant, ma vie a changé. Plus rien ne serait jamais pareil. Sa joue tendre sous ses cheveux courts, si courts qu’elle nous fait penser à Jeanne livrée au bûcher des salauds. Son profond regard, portant la lumière céleste au dessus de ses épaules nues, sensuelles, solides et pourtant si fragiles. On voudrait la prendre dans ses bras et l’emmener chanter au ciel, au ciel.

( – Ce que je tiens au fond de ma mémoire n’apparaît pas aux regards des autres. Ce que les flèches laissent comme traces sur mon corps et dans mon cœur, je les compte pour des messages d’amour. Parce que j’en tire toujours une leçon, la meilleure qui soit pour aller vers demain. Courage, ténacité, volonté, je suis une guerrière. Et ces combats que je mène m’ouvriront les portes du succès.

Ce que je veux, offrir en partage le don que j’ai reçu : Chanter !

Moi aussi j’ai peur, mais je vais affronter l’avenir, même si ce que je travaille avec acharnement depuis si longtemps ne marche pas. J’y vais, parce que rien ne pourra plus m’arrêter. Personne ne m’empêchera d’offrir ce que j’ai à offrir, parce que je suis une artiste et que je veux croire que des milliers de cœurs m’attendent pour recevoir ma voix, mon chant, ma musique.

Demain, je vais rencontrer le public et le jury de la quatrième  saison de The Voice !

Mon nom : Anne, Anne Sila !)

Voilà ce qu’elle m’a dit la première fois que je l’ai vue.

C’était un matin tôt, très tôt. Et peut-être même que c’était un rêve. Parce que depuis, elle chante tous les jours dans ma tête, mon cœur et dans ma maison.

©JMA 2015 Jivaroo Tous droits réservés. Reproduction interdite.

Publicités

Merci de me laisser votre ressenti en commentaire :-)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s