Un pas sur le quai

GS561EC-1

Un pas sur le quai. Le premier, peut-être.
Sentir l’air frais aux parfums de goudron brûlé envahir le nez, les poumons, le visage et le corps qui s’engluent de noir.. Une saveur épaisse qui emporte soudainement les idées.

Regarder le dernier wagon disparaître dans les échos d’aciers grinçants. Plainte déchirante accompagnant la séparation, l’oubli. Les mains inconscientes au fond des poches qui triturent les clefs, les pièces.  Le long des cuisses le pantalon glacé. Les orteils recroquevillés, comme le cœur dans son histoire sans chaussette. Il fait si froid et seul c’est toujours pire. Il est temps de partir, de rentrer, de retrouver ce qu’il reste. Le vide, jusqu’au prochain train. Un pas sur le quai, le dernier peut-être.

Copyright 2015 Jean Marie Albert – Tous droits réservés – Reproduction interdite

Publicités

2 réactions sur “Un pas sur le quai

Merci de me laisser votre ressenti en commentaire :-)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s