Monsieur Mogliacci

Pierrot
Tout ce que j’emporte dans mon cœur et mes souvenirs c’est ce qu’il me restera de lui.
Quand on a cinq ans et demi et qu’on le rencontre pour la première fois, il nous apparaît tel un roc surgissant des océans. Et la blanche écume enveloppant tout son être nous le livre entier, fier et joyeux d’être parmi les vivants.
En toutes ses fantaisies et sa force il m’a toujours évoqué ce personnage du roman d’Hemingway, Le vieil homme et la mer. Pas pour l’âge, mais pour l’esprit du défi qu’il représentait pour moi. Fier et amusé, il bravait les flots du vivant, tendre et féroce à la fois, il plongeait son regard en vous pour y puiser ce qu’il y avait de bon. Chacun peut savoir ici qu’il aura su être d’une infini gentillesse parce qu’il aimait les douceurs et les rires de la vie. Il suffira juste de comprendre pourquoi il a choisi cette douce et sensible femme comme compagne de vie pour s’en convaincre.
La vie passant il est resté pour moi un repère silencieux et ancré sur la plage de mes souvenirs. Chaque fois que la tourmente traverse ma vie je repense à cette magnifique image d’un enfant de cinq ans et demi ébloui et porté par ce rocher immuable qu’il était. Quelque chose d’un Père.
Dans la barque du devenir je le vois naviguant fier face aux embruns frais et salés en chantonnant parmi les siens sous un radieux soleil.
Ces quelques mots fébriles mais chauds, je les envoie à sa femme, à ses enfants, à toute sa grande et belle famille, à tous ceux qui l’ont aimé.
Pour qu’au fond de chacun de nous on l’emmène avec nous un peu plus loin que là où il se repose. En homme de la mer, Je te souhaite le plus beau de tous les « Bon vent » Monsieur Mogliacci.

Jean Marie

Publicités

La Boîte du Père

la-boite
Déposition de Mr X

On m’appelle… enfin on m’appelait… Quoique depuis quelques minutes je ne sais plus quel est mon prénom. Mon père, cher et tendre père vient de m’annoncer qu’il n’était pas mon père. Que quelques informations se trouvaient dans la grande boîte de bois fleuri. Ensuite, comme il a toujours été très discret, il n’a rien trouvé d’autre que de mourir, comme ça, en perdant son dernier souffle alors qu’il me regardait tendrement. Lire la suite

Toute la beauté du monde

cliquez sur l'image pour rejoindre Copyright France

Lien Certification Copyright France

En regardant par la fenêtre ouverte , là où chevauchent quelques nuées blanches et roses, juste derrière les grands pins abritant les piaillements de quelques passereaux tardifs, loin au delà du petit bois se trame lentement le grand flamboiement matinal. D’abord se révèlent une lueur dorée embrasant le contour de chaque nuage, puis tout le fond bleu pastel du ciel imite comme par jalousie la décision céleste. Au dessus des nuées tranquilles le ciel se teinte légèrement de jaune en passant par plusieurs nuances pastelles de verts. Au pied des arbres le ciel commence à s’enflammer de rose puis, d un orange rouge rappelant le cœur de quelques fruits exotiques ou d’une pêche de vigne de mon enfance. La futaie s’enflamme de rouge tendre tandis que les nuages dorés caressant le temps et mon regard s’échappent doucement comme pour laisser la place à sa majesté soleil. Quelques mésanges et autres rouges-gorges chantonnent en célébrant l’instant. Puis, pointant son premier rayon sur les heaumes envolés, le silence se fait, chacun écoute les premiers mots du matin qui naît. Il va faire beau aujourd’hui.

Plus bas dans une vallée de la France, quelques coups de fusil des chasseurs affamés du 21ème siècle massacrent à tout va…Barbares !

Gorgebleu à miroir1_r7jcf

©2016 Jean Marie Albert Tous droits réservés – Reproduction interdite

Ce monde là

Juste après, semblant se poser sur le haut de sa tête noire et brillante comme un café brûlant, le flamboiement pastel multicolore du couchant soleil.

Allongé sur le sable gris de la cour, il me plaisait d’imaginer cet arrière plan sensuel offrant un spectacle où l’univers entier viendrait célébrer l’instant. Il n’y a que le mur taché. Lire la suite

La main

doudou chemin

A main gauche, le chemin de la forêt verte. Là où se cachent toutes les bêtes apeurées par les sauvages humains. Parce que les hommes et leurs petits qu’ils y emmènent fracassent tout au passage. C’est à moi disent-ils, c’est à moi. Même leurs frères n’y ont pas droit.

Jamais ils ne se demandent s’ils prennent tout ça à quelqu’un ou quelque chose de vivant. Non ! Pourquoi le feraient-ils d’ailleurs ? Ils s’approprient !

A main gauche, c’est côté cœur. Là où se cachent les enfants apeurés par la forêt et ses bêtes sauvages qui attaquent n’importe qui pour manger son corps. Sans demander si elles prennent la vie de quelqu’un. Non ! Pourquoi le feraient-elles d’abord ? C’est la faim qui les guide.

A main gauche, son Doudou s’accroche à sa main, par l’oreille ou le pantalon. Quand il en porte un. C’est celui à qui tout se confie, sans regret, sans aucune loi, juste comme ça car il n’y a a tuer que la peur, sa propre peur des bêtes et des humains. Tous ces sauvages qui brûlent tout le vivant. Même celui du cœur des enfants.

A main gauche du Doudou, le chemin des rêves, là où s’affrontent les dragons et les fées. Pour de faux, même si pour les petiots, rien n’est plus réel, plus vrai que ça. Jusqu’au jour où il est perdu au hasard de la vie sur un chemin d’adolescent égaré.

A main gauche, le chemin de la nature.

  • A main droite, qu’est-ce qu’il reste, Maman ?
  • A main droite, mon cœur, il reste tout ce qui ne durera que le temps des humains.

©2016 Jean Marie Albert – Reproduction interdite – Tous droits réservés

cliquez sur l'image pour rejoindre Copyright France

Lien Certification Copyright France

Les flammes de la vie

ange Noor  (2)

cliquez sur l'image pour rejoindre Copyright France

Tu sais, tout ce que j’ai pu faire, dire, penser et même omettre n’échappera jamais à l’oubli et ceci, tout ceci ne reviendra jamais nulle part, jamais.

Traîneront  encore en fumerolles quelques instants, un peu d’arômes, de saveurs au dessus des vagues sensuelles du souvenir. Uniquement ceux que j’aurais posés  dans vos mains, vos yeux, vos cœurs et pour toi aussi ce sera pareil, comme pour tous les autres. Lire la suite

Le Dernier Rien

i7_1291821229

Le temps qui passe

©JeanMarieAlbert2016 Reproduction interdite

copyrightfrance-logo10

Nulle part, nulle part. C’est si loin d’ici que…
Aucun rivage et pas d’embruns parfumés.
Avec la vieille marée du temps s’enfuyant au delà des autres
même la dernière résurgence de l’île ultime
se noiera dans les flots de l’oubli.
L’océan de la mémoire éteinte emportera
jusqu’au suprême néant les rires et l’amour,
tout l’amour porté dans les cœurs les plus purs.
Le pic de la haute opinion qu’on a de nous-même
se brisera aussi par les lames éternelles de l’infini silence d’après.
Dans l’immensité flotteront quelques éclats de pierre
et peut-être que ce cœur gravé en son creux
ira porter l’image de notre amour jusqu’aux frontières
d’un nouvel univers perdu au milieu de rien.
C’est, s’il doit en être un, le seul espoir.
Nulle part, nulle part. C’est si loin d’ici que même la pensée s’y perd.

cliquez sur l'image pour rejoindre Copyright France

©2016 Jean Marie Albert – Tous droits réservés – Reproduction interdite

La théorie des poissons rouges

 

 

Les poissons rouges ne construisent pas de pont parce que… Parce que… Parce qu’ils vivent en étang. Et sur un étang pas besoin de pont parce que… parce que… parce qu’on peut les contourner à pied. Bon, le poisson n’a pas de pied, soit. Cependant il n’a pas besoin de pont pour traverser son étang non plus.

Lire la suite

Panne du monde

Panne du Monde

 

L’enfant – Maman, papa, qui peut m’expliquer pourquoi les gens meurent de faim, de soif, de maladie, de catastrophes naturelles pendant que d’autres se mentent, se volent, s’entre-tuent ?

L’adulte – Il y a aussi tous ceux qui créent, construisent, donnent la vie,… Lire la suite

La nuit des Dingues 3 Bucoliques instants

 

sunset-forest-grass-warm-sun_2560x1600

Bucoliques instants

Normalement, une porte fermée laisse tous les autres dehors. Sauf que là, on est toujours dehors. Sous un auvent boisé, tuilé de rondes couvrant quelques compositions florales fanées, suspendues et d’autres plus animales, desséchées aussi. Lire la suite

La Bourgne 1 – La Passe

La Bourgne

 

La Bourgne

1 -La Passe-

Dans notre vie, tout peut arriver, même le pire…
Alors, je ne vous dirai pas où cela se trouve, car si peu malin et non vidé de toute naïveté comme vous êtes, vous seriez capables d’y venir…Lisez, imaginez, mais surtout,… surtout, n’y allez jamais! Lire la suite

L’araignée – Odilon Redon – Article

GS561EC-1

 

cropped-smilingspider.jpg

L’ombre supérieure, là d’où vient l’horrible insecte, révèle à notre imaginaire un lieu, secret, inaccessible, effroyable. Là ou pattes et mandibules officient en cliquetis imperceptibles et monstrueux. Tout près de nous. Lire la suite

Le fauteuil 3 suite

gadoue

Au fond du trou, l’uchronie dormant au fond du canapé commençait à ronfler trop fort pour les fragiles esgourdes du chatwentyone (esgourdes=entendez les zoreilles) . Et oui, un canapé ça ronfle, ne vous en déplaise. Mais c’est normal, ça ne fait que dormir. Vous l’ignoriez? Ça ne m’étonne pas de vous. Lire la suite

L’Enquête lunaire

Dans le cadre de l’Agenda Ironique de novembre, un petit concours amical est lancé chaque mois. Y participe qui veut. Bienvenue 🙂

Le minuscule règlement ici

Pour poster votre texte: Ici

Votez, faites voter, commentez… 🙂

Résultats fin novembre

Voici en dessous le texte que je propose. Bonne lecture !

the-lol-face-of-the-moon

The LoL Face of The Moon

Même dans le pire des cas, combien d’entre-nous croient encore qu’un destin improbable viendra nous sauver ?

D’abord, vu les circonstances finales, il m’est apparu amusant d’écrire ce sujet afin de le partager et ainsi tenter de vous faire sourire en attendant nos derniers instants.

Pourtant, en ce jour funeste, puisqu’il est annoncé dans tous les médias depuis trois semaines qu’il serait le dernier jour de l’humanité, le lieutenant Bornard, inspecteur des mœurs dans un pays dit civilisé, – notez la subtilité ainsi que la contradiction- se préparait à  une mission d’exception.

Cette dernière, s’il la réussissait, lui vaudrait un avancement qu’il attendait depuis environ 28 ans, 11 mois et quatorze jours. C’est dire.

On notera au passage que cette progression professionnelle lui offrira l’opportunité d’occuper un des derniers fauteuils de bureau arrivé dans le hangar de l’économat pas plus tard qu’il y a trois ans. Un des rares tournant, avec siège à bascule et accotoirs réglables.

Un must selon les dires de toutes les enflures véreuses du service tâchant d’en obtenir un par n’importe quelle bassesse afin d’essayer d’éviter les escarres et de moins opprimer leurs douloureuses hémorroïdes cramoisies sur les vieux tabourets avec siège « planchu » et pieds de métal gris.

Qu’ils sont mignons ces farfelus fonctionnaires, n’est il pas ? Je pouffe …

Ensuite, cette fin du monde surviendra demain en fin d’après-midi. Il ne s’agit pas d’un volcan, ni d’un tremblement de terre, ni d’une pandémie quelconque. C’est bien pire !

En fait, la lune va s’écraser sur la terre. Trop compliqué à expliquer ici, je vous laisse imaginer le résultat.

Personnellement je penche plutôt pour le fait que Dame Lune en pince sérieusement pour Gaïa et vient se jeter dans ses bras. Elle a craqué quoi. Comme c’est romantique…

Ainsi, Sieur Bornard, lieutenant littéralement surveillant de mes deux, s’engouffre dans la toute dernière 4L Renault fourgonnette en circulation sur notre vieux continent. « LA » planque parfaite selon lui-même…

Ici, point de pouffe, juste un soupir… de désespoir. Encore que, vu la situation…

Le voilà donc parti faire entendre raison à une Maman récalcitrante qui, en public fait montre d’une audace suprême valant contravention, voir incarcération manu-militari s’il parvient, dans le square du jardin pour enfant de la cité des anges, à la surprendre en flagrant délit de tétée à son goulu et complice Bambin. Cachez ce sein que….je ne saurais boire ! Gasp !

Que pouvons-nous encore espérer d’amour en sachant ceci ou cela?

Alors, pour faire baver, rager, amoindrir, dénigrer bientôt tous ses compères d’infortune du bureau de la police, il ne trouve rien de mieux que de s’acharner sur la donneuse de lait.

Il voit tous ses pustulant collègues étranglés, bavant de jalousie par tous les orifices, les larmes éclaboussant les nombrils ventrus. Il les imagine rentrant auprès de leur âme sœur meurtrie aussi de tant d’injustice, prête à les accabler et peut-être même qu’ils se feront battre, quitter, abandonner, maudire.

Lui, il était en joie derrière son pare-brise. Ça faisait des heures qu’il attendait sa proie. La Mère infâme venait de s’asseoir sur le banc en face du soleil, portant au ciel son insignifiant poing vengeur vers l’astre indifférent du sort catastrophique que la lune réservait à tous les humains.

Une photo dans cette configuration rebelle sera du plus bel effet pour argumenter au moment de la comparution immédiate. C’est une pensée opportuniste évidemment.

A cet instant, même vous qui lisez ceci, je sens bien que l’envie de baffer cet abruti vous démange quelque peu…Pensez-le, de toutes façons vous ne pourrez pas le faire, c’est trop tard, vous n’aurez pas le temps de le trouver. Giflez le, en esprit, abondamment, vous verrez, ça fait tellement de bien. Imaginez le br

L’appareil photo sur le nez, le voilà visant la coupable de son goujat objectif. Et clic, et clic et clic et clic, clic clic. Un grand sourire aux lèvres il dégustait son plaisir en prenant photo sur photo. Tant et si bien qu’une autre maman arrivant sur les lieux venait de lever un perdreau et clamait à toute la foule du jardin d’enfant qu’un pervers maléfique trônait dans une vieille guimbarde fourgonnette en prenant des photos d’une femme allaitant un bébé.

Les esprits déjà bien échauffés par le destin pointant les couleurs les plus sombres, déroulaient le tapis d’une colère dont personne ne viendrait leur tenir rigueur. Et pour cause.

La portière ne résista pas puisque personne ne l’avait verrouillée. L’artiste photographe fut arraché de sa planque de fer en hurlant qu’il était de la police, qu’il menait une enquête et qu’il fallait faire attention car ça n’allait pas se passer comme ça… etc…

Jusqu’au moment où, une chaussure munie de son pied lui tomba sur le coin de la figure. Le rictus de fierté se mua en surprise puis en peur liquide d’abord carmin sur sa sale figure, puis en jaune malodorant sur son pantalon se déchirant soudainement au dessus des têtes d’une horde affamée avalant le précieux comme un siège de WC engouffre son étron.

La seule chose qui résiste à une meute sanguinaire, c’est le silence qui la suit. Du Mozart aurait dit le chef de l’abruti en miettes.

Sur ce, l’enquêteur se réveilla de son supplice limbique en écoutant à la radio de sa voiture les dernières nouvelles du monde. On venait de découvrir qu’un petit caillou s’était élevé du sol de la lune et s’envolait en direction de la terre. Les scientifiques débattaient en direct…

Levant les yeux de son volant, Il vit la dite Maman découvrir un sein pour l’offrir à compère bébé. Il lui fallait absolument le siège à bascule avec accotoirs réglables ! Maudits collègues, l’enquête irait à son terme…Clic, clic, clic, clic,…

©2016 Jean Marie Albert Copyright – Tous droits réservés – Reproduction interdite.

cliquez sur l'image pour rejoindre Copyright France

Lien Certification Copyright France